Caumery fera vivre le personnage jusqu’à sa mort en 1941 et éditera de nombreux albums. L'album Bécassine chez les alliés, publié en 1917, donc avant la fin de la guerre, témoigne de l'attitude engagée de l'héroïne, son auteur n'hésitant pas à lui faire déclarer à la fin de l'album [15] : « Il m'agaçait ce gros qui pleurniche tout le temps, alors je lui ai crié "ça durera ce que ça durera, mais les boches, on les aura ǃ" Et tous les autres [militaires] m'ont applaudie en disant que j'avais parlé comme une vraie française. ». Reste qu’on lui pardonne facilement, car comme le dit la Marquise elle-même «, Ce personnage incarne de manière particulièrement significative le mépris des grands centres urbains dominants pour l’, , tout ce qui se situe au-delà des strates directes du pouvoir. Bécassine, fraichement arrivée de sa campagne pour servir la Marquise de Grand-Air, ne comprend rien aux ordres de Madame et enchaine les bévues. Mais, alors qu’elle n’était qu’une remplaçante de dernière minute, Bécassine plait à son public. On peut cependant deviner lors de certaines postures du personnage le dessin d'un point, voire d'un léger trait pour représenter la bouche[18]. Reste que le problème de fond, celui de l’exploitation de femmes pauvres et précarisées, n’a toujours pas été réglé. Changer ), Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. En 1905, la romancière Jacqueline Rivière décide de lancer un magazine destiné aux jeunes filles de la bourgeoisie parisienne, La Semaine de Suzette. James Eveillard et Ronan Dantec, qui ont consacré un ouvrage à la représentation des Bretons dans la presse illustrée française, définissent Bécassine comme l'« incarnation du mépris dont les Bretons ont souvent souffert »[23]. 2. Cette suite historique comporte aussi trois « hors série » qui sont parus comme albums mais qui n'ont jamais été publiés dans la Semaine de Suzette en raison du fait que ce ne sont pas des aventures. Fidèle à l'idée de ses auteurs, Bécassine reste d'une forme de compromis entre les classes sociales [20]. Elle serait née à Clocher-les-Bécasses, un village imaginaire du Finistère sud[3]. Brigitte Leblanc, directrice éditoriale des éditions Gautier-Languereau explique, au cours d'une interview publié dans Le Figaro, l'origine (fictive) du nom du personnage[14] : « le surnom de Bécassine vient du fait que le jour de sa naissance un vol de bécasses est passé au-dessus de Clocher-les-Bécasses. Les albums hors-séries sont encore plus courts. Profondément problématique, jamais neutre car privée de parole, la figure de Bécassine doit être rattachée à des luttes plus actuelles et au-delà de son identité bretonne…, Bécassine est incontournable dans l’histoire de la bande-dessinée. Dans l’esprit du narrateur elle est même plus proche du chien que de l’humain. De 1913 à 1950 sont parues, dans le périodique illustré La Semaine de Suzette, 27 aventures complètes de Bécassine, presque toutes dessinées par Joseph Porphyre Pinchon et scénarisés par l'éditeur Maurice Languereau dit « Caumery », décédé en 1941. L’ordre social au coeur de la relation maitres/serviteurs n’y est absolument pas remis en question et Bécassine demeure ce qu’elle a toujours été : une charmante petite bonne à l’âme d’enfant et sans revendications, qui se consacre uniquement aux autres et ne rêve de rien sinon «. À l'entrée « Bécassine », le dictionnaire français Larousse donne comme acception familière : « Jeune fille sotte ou naïve »[32], proche de celle de l'encyclopédie Encarta : « jeune fille un peu niaise »[33]. - Ben, le nez ça sert pas à grand chose mais la bouche c'est INDISPENSABLE ... pour s'humidifier la glotte. ». Reprendre un symbole comme Bécassine n’est pas un choix anodin ou innocent. ». Son créateur l’a fait naître à Clocher les Bécasses en 1905 dans la famille LABORNEZ. La deuxième raison : on s'est rendu compte que quand on demandait aux gens de faire du bouche-à-bouche, cela était un peu rédhibitoire. Pour cela, il suffit d’observer cette citation de Marcel Proust située dans le deuxième tome d’A la recherche du temps perdu, A l’ombre des jeunes filles en fleurs, où il décrit la fidèle cuisinière du narrateur, qui a également quitté la province pour travailler à Paris : « On n’aurait pu parler de pensée à propos de Françoise. Elle s'est même essayée au cinéma, moderne et trépidante, nonobstant sa coiffe blanche et son parapluie rouge. », « comme des modèles d'une éducation moderne et d'une compréhension de la psychologie enfantine ». EN IMAGES. ( Déconnexion /  C’est l’inverse de la rebelle ou de la révoltée qui tente de sortir du cadre ontologique qu’on lui a attribué. julia.kitchen 23/04/2012 13:58. Mais que les Twittos se rassurent : la première chaîne de France n'a pas fait fi des règles. Le personnage de Françoise est ici aussi profondément infantilisé. Le Trésor de la langue française écrit à propos du terme[31] : « bécassine » : « fig., péj. À l'occasion de cette exposition, une conférence dénommée « Bécassine, une légende du siècle » est proposée aux visiteurs le 19 avril 2016[41]. Margny-lès-Compiègne, 2016 Nier la possible souffrance de ce personnage moqué et séparé de ses proches en choisissant uniquement un ton humoristique revient également à la priver de son humanité. Cette naissance littéraire de Bécassine est cependant infirmée par Pinchon qui prétend que le fondateur de La Semaine de Suzette, Maurice Languereau, lui a demandé dès 1904 d'illustrer « l'histoire d'une petite Bretonne à son départ de village pour venir se placer à Paris[7] ». Sa langue est le breton, pas le Français de la capitale. Lilou34 16/11/2009 00:04. Pas besoin de s’embarrasser de détails. Voici Chris. D'autres albums et recueils sont parus après la mort de Pinchon en 1953, notamment une série dessinée par Trubert à partir de 1959. Celle qui prend les décisions et celle qui les subie. On peut crier COCORICO et Merci Monsieur Nicolas RUET l'inventeur! Elle est incapable de communication. Lorsque l’exode breton s’achève, les riches familles ne cessent pas d’engager des personnes à leurs services. Sign in to access your Outlook, Hotmail or Live email account. D'autres albums et recueils sont parus après la mort de Pinchon en 1953, notamment une série dessinée par Jean Trubert à partir de 1959. Mais, avant même la sortie du film en salle le 20 juin, des critiques s’élèvent. C’est du moins ainsi que Chantal Montellier ou Catel Muller (l’auteur de Joséphine Baker, Olympe de Gouges ou encore Kiki de Montparnasse) choisissent de la dessiner. Aviez-vous remarqué que Bécassine n'a pas de bouche? Suppression; Neutralité; Droit d'auteur; Article de qualité; Bon article; Lumière sur; À faire; Archives Je parlerais de femmes fortes, courageuses et fières. Pendant cette période, ils sont près d’un million à émigrer, dont un pourcentage important vers Paris. On la reconnait avec son costume vert, sa coiffe blanche et son éternelle candeur. Mais, alors qu’elle n’était qu’une remplaçante de dernière minute, Bécassine plait à son public. « Bécassine, c’est ma cousine ». Sa « face de lune » autant que son accoutrement et ses maladresses linguistiques permettent de la distinguer facilement de la bourgeoisie riche et éduquée, qui constitue également le lectorat de Bécassine. Chris, c’est la star au bureau car il porte toujours des chemises parfaitement repassés. Le magazine de bandes dessinées rennais Frilouz, dont le numéro zéro, partiellement repris dans le numéro 8 (février-mars 1984), était un « Spécial Bécassine ». Soit comme Chris. De 1913 à 1952, paraissent plusieurs aventures de Bécassine, toutes dessinées par Pinchon (sauf deux, dessinées par Édouard Zier) et scénarisées par Maurice Languereau jusqu'en 1941 (année de son décès), remplacé, de 1948 à 1950, par d'autres personnes signant « Caumery ». Catel Muller a décidé de lui donner une bouche: "Aucun homme ne lui en a donnée une et ça continue de me choquer". Les titres, indiqués ci-dessous, sont à reclasser car les dates de parution sont inconnues : certains de ces albums sont peut-être sans rapport avec la série « historique » (recueils d'historiettes écrites et dessinées avant 1913, et albums postérieurs à la mort de Pinchon en 1953. Mais avant cela, c’est en Bretagne dans le Finistère, qu’il part chercher des modes de vie plus authentiques et plus simples, la pureté perdue. Bécassine représente uniquement l’image que Paris se fait de la province, elle est prisonnière d’une identité folklorique grossièrement stéréotypée. Bécassine, c’est donc l’altérité apprivoisée, qui rassure car elle n’est pas dangereuse, la poupée muette et inoffensive qu’on confie aux petites filles riches pour les amuser. Elle pense seulement à l’accomplissement de son travail et ne possède pas de souhaits propres. Isabelle Fajardo, dans Télérama, évoque la « toujours même bouille ronde de nounou rassurante » de Bécassine et considère le film comme une « sucrerie pour Noël »[36]. Ce film n'a rien à voir avec la bande-annonce qui laissait présager le pire. Graphiquement, Bécassine n’a pas de bouche: on en a conclu qu’elle était bâillonnée, et stupide parce qu’elle parle breton. S’occupe de la cuisine et du service à table. L’autre jour, alors que je prenais le métro berlinois, une publicité m’a sauté aux yeux. L’auteure fait alors appel à Joseph Pichon et lui demande d’illustrer une histoire courte qui lui a été inspirée par les maladresses de sa propre servante. Lorsque l’exode breton s’achève, les riches familles ne cessent pas d’engager des personnes à leurs services. Tout ce qui pourrait évoquer son identité sexuelle est également supprimé (elle n’a pas de poitrine). Aviez-vous remarqué que Bécassine n'a pas de bouche? Cette dessinatrice a décidé de donner une bouche à Bécassine : "Pourquoi Tintin en aurait-il une et pas elle ?" On peut les ouvrir jusqu'à 30 minutes avant de les servir, arrosées de quelques gouttes de vodka et de jus de citron. Eh dis, entre-nous, ta Bécassine, sans bouche, elle a pas du souvent prendre. La tête de lune de Bécassine est une spécialité, mais une spécialité abstraite. Bécassine représente uniquement l’image que Paris se fait de la province, elle est prisonnière d’une identité folklorique grossièrement stéréotypée. (Tiens, et pourquoi elle n'a pas de bouche d'ailleurs, Bécassine ? A partir de 1913, le scénariste Caumery reprend toutefois le personnage et lui attribue une identité plus précise. Ce personnage de Bécassine est souvent mal perçu par la population bretonne (certaines personnes ou groupements condamnent toutes ces rééditions, reprises, commémorations…)[44],[45]. n'aimait pas trop les femmes bavardes, une simple petite bonne n'avait pas son mot à dire) ??? Deux aventures ont pourtant été dessinées par Édouard Zier, comme Pinchon était mobilisé pendant la Première Guerre mondiale. En 1939, trois étudiants bretons décapitent la statue de cire du personnage exposée au Musée Grévin. Dans La Bretagne, ouvrage publié dans la collection « idées reçues », l'ethnologue François de Beaulieu voit dans ce personnage un « mélange de bonté et de bêtise entêtées qui a ses racines dans le vieux mythe de la « Bretagne arriérée mais pure ». » Selon lui, dans les années 1970, l'image de Bécassine change en raison de divers détournements, comme sur une affiche d'Alain Le Quernec qui la présente le poing dressé, protestant contre les marées noires répétitives qui souillent alors les côtes bretonnes[25]. Bécassine. Le pitch, lui, est toujours sensiblement le même. Ses traits épurés sont même connus pour avoir inspiré Hergé. C’est la petite bonne employée par la grande bourgeoisie qui ne peut s’empêcher d’enchainer les boulettes. Pour cela, il suffit d’observer cette citation de Marcel Proust située dans le deuxième tome d’, . Une dessinatrice lui redonne la parole L'héroïne de Jacqueline Rivière et Joseph Porphyre Pinchon renaît dans "Les Vacances de Bécassine" et dans un album "Hommage à Bécassine". Elle n’a rien à dire. Dans les années 1980, l'émission de télévision Le Bébête show, une émission satirique sur le monde politique présentait Jean-Marie Le Pen sous la forme d'une marionnette parodiant l'héroïne et dénommé « Pencassine » qui remplacera une marionnette précédente dénommée « Frankenpen ». Ainsi, au tout début du XXème siècle, la France c’est avant tout Paris, qui concentre toute la force décisionnelle. Répondre Quelques semaines plus tôt, un article du Nouvel Observateur évoquait « les aventures d'Annaïck Labornez, dite Bécassine, la petite Bretonne au cœur d'or, naïve ô combien ! »[29]. On voit donc en quoi l’innocence de Bécassine n’est pas tellement…innocente. La bouche de Bécassine[16] ne semble généralement pas apparaître dans les différents albums (particulièrement dans les premières éditions), ce qui fera dire à certains militants bretons qu'il s'agissait d'empêcher le personnage de pouvoir « protester en breton »[17]. Cependant, certaines rééditions des années 1950 et 1960 ont été abrégées en 48 pages. Les aventures parues après la Seconde Guerre mondiale ont été scénarisées anonymement par des auteurs signant « Caumery » (Les Petits Ennuis de Bécassine pourrait avoir été scénarisé par Madeleine-Henriette Giraud, rédactrice en chef de la Semaine de Suzette de 1927 à 1949, tandis que Bécassine au studio semble avoir été écrit par un journaliste du Figaro ayant conservé l'anonymat). Au début de sa carrière, l'interprète de Bécassine a été approchée par le réalisateur britannique Alfred Hitchcock qui souhaitait lui faire passer un test pour L'Etau. Avertissez-moi par e-mail des nouveaux articles. , elle est privée de toute parole véritable, elle ne peut ni revendiquer ni s’affirmer. Preuve en est, dès que l'on prononce son nom, elle suscite de suite une réaction. ( Déconnexion /  de bandes dessinées due à Maurice Longuereau et J.-P. Pinchon dont les premières aventures furent publiées à partir de 1905 dans la Semaine de Suzette. ... c’est un personnage reconnaissable à sa tenue vestimentaire et au fait qu’elle n’a pas de bouche. Mais devant la clarté de son regard, devant les lignes délicates de ce nez, de ces lèvres, devant tous ces témoignages absents de tant d’être cultivés chez qui ils eussent signifié la distinction suprême, le noble détachement d’un esprit d’élite, on était troublé comme devant le regard intelligent et bon d’un chien à qui on sait pourtant que sont étrangères toutes les conceptions des hommes, et on pouvait se demander s’il n’y a pas parmi ces autres humbles frères, les paysans, des êtres qui sont comme les hommes supérieurs du monde des simples d’esprit, ou plutôt qui, condamnés par une injuste destinée à vivre parmi les simples d’esprit, privés de lumière, mais qui pourtant plus naturellement, plus essentiellement apparentés aux natures d’élite que ne le sont la plupart des gens instruits, sont comme des membres dispersés, égarés, privés de raison, de la famille sainte, des parents, restés en enfance, des plus hautes intelligences, et auxquels – comme il apparaît dans la lueur impossible à méconnaître de leurs yeux où pourtant elle ne s’applique à rien – il n’a manqué, pour avoir du talent, que du savoir. Sur 74 numéros, huit titres présentent « Bécassine » : 41-Bécassine Enfant, 51-Bécassine fait ses Débuts, 63-'Bécassine fait tous les métiers, 64-Bécassine chez les Peaux-Rouges, 66-Bécassine à la Montagne, 68-Bécassine a des idées, 73-Bécassine exploratrice et 74-Bécassine et sa fille adoptive. En 1905, la romancière Jacqueline Rivière décide de lancer un magazine destiné aux jeunes filles de la bourgeoisie parisienne. Ses contradicteurs disent qu’il n’a pas de programme, ces alliés disent que c’est un programme qu’il faut garder secret : il ne faut pas donner d’informations à l’ennemi. Son style de dessin, au trait rond, vif et moderne, inspirera une ligne graphique : la « ligne claire », dont vingt-cinq plus tard Tintin sera le plus beau fleuron[9]. Ainsi, bien que la tenu de Bécassine soit inspirée des tenues traditionnelles picarde, on lui donne un nom et une origine bretonne. En Allemagne comme en France, une grande partie de la population reste encore cette humanité sans droit à la parole, cet Autre qui travaille dans l’ombre pendant qu’on s’accomplie à la lumière. A la quête de réalités plus, , il finira par s’exiler à Tahiti puis aux Îles Marquises (pour pouvoir y exploiter des jeunes filles à peine pubères). Tout ce qui pourrait évoquer son identité sexuelle est également supprimé (elle n’a pas de poitrine). Mais l’absence de bouche chez Hello Kitty peut bien s’interpréter autrement : c’est peut être une manière d’éviter qu’elle ne fasse des promesses non tenues ou de dire des propos déplacés, etc. À la limite on se demande si cette bande annonce maladroite qui présente Bécassine dans une série de bourdes burlesques de comic-books de gamins de 10 ans n'a pas été réalisée juste pour créer une polémique. Crostinis asperges et proscuitto. Kikou donnes moi des news stp je suis inquiète bisous rosita. Site consacré au dessinateur de Bécassine, Joseph Porphyre Pinchon : La dernière modification de cette page a été faite le 21 novembre 2020 à 16:35. Elle les suit même lorsqu’ils partent en vacances sur la Côté d’Azur, en profitant alors pour voir un peu de pays. Peu de temps avant, elle s'était engagée personnellement pour soutenir le moral des troupes durant la Première Guerre mondiale (albums : Bécassine pendant la Guerre, Bécassine chez les Alliés, Bécassine mobilisée). Le personnage principal était doublé par l'actrice Muriel Robin. Bécassine. "Je ne regarde jamais en arrière. C’est pourquoi je dirais qu’on l’apprécie beaucoup mais sans pouvoir s’y identifier, car on s’identifie peu à ce qu’on trouve « mignon ». un documentaire historique sur l’histoire de la Bretagne. et donne bien envie de creuser plus avant (du rire par extériorité au rire par supériorité, il y a une politique du rire et de l’humour, et oui, elle est nauséabonde, mais sait-on y couper toujours et tout le temps…?). Catel Muller a décidé de lui donner une bouche: "Aucun homme ne lui en a donnée une et ça continue de me choquer". Le 2 février 2015, à l’occasion du 110e anniversaire de sa création, le moteur de recherche Google met Bécassine à l’honneur sur sa page d’accueil française en affichant un logo spécial[30]. Problème : juste avant la parution du premier numéro, une page demeure blanche. de Bruno Podalydès vient de tomber ! L’article de Bruno Calvès dans le numéro 298 de L’histoire nous présente Bécassine comme un personnage sympathique faisant partie de notre patrimoine, symbolisant notre histoire de France, presque une mascotte… Permettez-moi de mettre un bémol à cette vision quelque peu idyllique de ce personnage caricatural, dont la Aujourd’hui, dans un contexte de libération de la parole et d’affirmation du point de vu des femmes, on essaye désormais de nous montrer une Bécassine avec une vraie bouche et une vraie identité. Sache encore que, bien que malmenés, Bécassine n'a pas de bouche et Crilin, de Dragon Ball Z, pas de nez, donc, pas de narines bouchées; et que la Joconde n'a pas de sourcils, et le Surfeur d'argent, pas de b~te; et que Beethoven n'est pas sourd. SOUCHE : Réflexions sur le support, la démarche. MEANDRES : espace libre pour l’écriture, la poésie, etc. Dans certains albums, mais uniquement à compter de 1913, le personnage est nommé Annaïk (parfois « Annaïck ») Labornez. À partir de 1913, le personnage de Bécassine est repris par le scénariste Caumery, pseudonyme de Maurice Languereau, neveu et associé d'Henri Gautier dans la maison d'édition Gautier-Languereau, éditrice de La Semaine de Suzette.
2020 pourquoi bécassine n'a pas de bouche