Platon, déjà, plaçait la justice au centre de la République, son ouvrage majeur.. De manière générale, la justice désigne la conformité avec le droit, le sentiment d’équité. On ne peut plus adhérer à la critique que faisait PLATON de la démocratie jugeant que dans le peuple certains n’étaient pas aptes à exercer la liberté politique. Mais à cela il faudrait ajouter une profession de foi purement civile par laquelle on affirmerait croire en la communauté, au caractère sacré de la loi au nom de laquelle si besoin est on pourrait se sacrifier. On tombe alors dans un débat de valeurs qui n’est qu’un débat d’intérêts stérile. C’est pourquoi l’homme habile obéit avec une « pensée de derrière » et se tient bien de faire connaître aux hommes ignorants, l’injustice des lois. >Justice au sens de la légalité >Approche insuffisante. Mais quand on regarde la cruauté des rapports économiques dominés par la logique du profit on se demande si cette égalité est encore présente, s’il s’agit réellement d’un échange ou tout simplement d’un vol, d’une exploitation. Il y a aussi le droit naturel, celui qui résulte de la nature de l’homme. La mission de l’ÉTAT, c’est d’instituer la société comme ÉTAT, c’est à dire comme une unité se tenant debout. On pourrait penser spontanément que traiter chacun à égalité, c’est être juste. – Pour Marx, le droit n’est que l’incarnation et la défense des intérêts de la classe dominante économiquement , l’infrastructure déterminant la superstructure. Quand au droit du premier occupant auquel on renonce pour le droit de propriété, il était lui aussi précaire et contraignant. Le principe des lois de l’Etat, c’est que « tes droits définissent mes devoirs ». Cela peut favoriser productivité et consommation. « l’Homme est un loup pour l’homme ». chacun va ensuite s’engager à se soumettre à toute la communauté  constituée par le premier pacte, c’est-à-dire va renoncer à faire usage de sa liberté naturelle pour se soumettre à la volonté souveraine du tout. Pour ROUSSEAU, l’entrée dans l’État social par le pacte n’est pas simplement un changement de cadre de vie extérieur, il se produit une transfiguration intérieure. Et le droit, c’est ce qui est conforme à la règle, sur laquelle on peut aligner les actes. En acceptant ce que propose le roi, la seconde femme se révèle dépourvue d’amour véritable pour l’enfant. »  ARISTOTE, Ethique à Nicomaque, Livre V, chapitre 14. On pourrait ici ajouter  le faux contrat du, la séparation des pouvoirs : comme MONTESQUIEU le soutenait déjà en 1748 dans D. il faut un territoire de taille raisonnable pour éviter la démultiplication des relais du gouvernement qui entraîne une représentation éthérée du pouvoir et une corruption inéluctable. ce qui devrait fonder le droit et l’Etat: un contrat, – HOBBES (1588-1679) P.382-383 : LE LÉVIATHAN, création du gouvernement ( chargé du pouvoir exécutif et judiciaire), en accord avec le respect inconditionnel de la personne humaine. La justice comme nature ou convention a. Aristote le fait dans Et I, 6 et 13: ce qui est propre à l'homme par rapport aux plantes et aux animaux, ce n'est ni la reproduction, la croissance, la vie en général, ni la sensation mais la raison. D’où la nécessité d’une certaine redistribution de la prospérité par l’Etat pour soutenir aussi la demande, sans quoi il y a surproduction, marché saturé et perte de profit. De même, s’il y a misère sociale, demande importante sur le marché du travail ,cela permet de tirer plus de profit d’une main d’œuvre sans choix, n’ayant pas d’autres choix que de se laisser exploiter. comme il y a une tendance naturelle à dégénérer dans le gouvernement qui vient de sa nature contradictoire : son pouvoir est commis, subordonné mais il possède la force de l’exécutif et comme tout pouvoir, il a tendance à s’absolutiser sans contre-pouvoir : soit l’Etat se resserre ( concentration, usurpation du pouvoir souverain), soit il se dissout (corruption, le gvment est partout) : Fin du Contrat , on pourrait ajouter pour finir que l’exercice de la citoyenneté est une condition pour qu’un État fonctionne. Les formes de la justice a. Il s’agit d’un contrat passé entre individus ( de type contrat  de vassalité) où chacun accepte de se désaisir de sa force et de sa liberté au profit d’un tiers hors contrat. Et donc pour savoir ce qu’on a le droit de faire, il faut consulter ces lois mais cela ne suffit pas pour répondre à la question car le droit positif n’est pas le seul à définir ce que j’ai le droit ou le devoir de faire. L’idéal serait donc de donner à la justice, une force de coercition mais pour cela, il faudrait d’abord que les hommes s’entendent sur ce qui est juste. Lorsque arriva le jour de l’assemblée habituelle des bergers, en vue d’aller faire au roi le rapport mensuel sur l’état des troupeaux, il y vint aussi, portant cet anneau. La justice sans la force est impuissante ; la force sans la justice est tyrannique. – Difficulté n°2 : possibilité de distinguer entre des lois fondamentales-universelles et des lois positives-arbitraires ? C’est la justice commutative fondée sur une égalité arithmétique 1acheteur = 1 acheteur). c’est une convention préliminaire qui permet. C’est parce que chacun se sent menacé pour sa survie que chacun va accepter de se soumettre à un pouvoir. III) La justice et le droit 1. Il est toute faiblesse et toute autorité”. Distinction de la légalité et de la légitimité. « Tout au long de la dispute qui précède la ruse géniale du monarque, le texte ne distingue pas entre les deux femmes. I .Comme le cœur des rapports économiques, c’est l’échange monétaire et la richesse, il semble qu’ils soient sourds à toute exigence de justice. 2. Le sens moral de la justice est l'idée d'agir conformément à la morale et de respecter le droit naturel (qui n'est plus ici le droit de la force, mais de valeurs qui nous paraissent « naturelles », telles que le respect de la personne humaine) Dans La République de Platon, une … L’État est un ensemble organisé d’institutions qui vise à assurer le bon fonctionnement d’une société.Il faut garder en tête que la domination, la force et la violence sont des attributs appartenant essentiellement à l’État. Normalement, la notion d’échange renvoie à celle de se livrer des objets ou des services considérés comme équivalents. Pour savoir si quelque chose est juste, il ne faut pas l’évaluer par rapport à une valeur préétablie mais examiner la procédure qui est à l’origine de cette chose. Mais, si l’esprit de commerce unit les nations, il n’unit pas de même les particuliers. Puis le droit coutumier qui résulte des us et coutumes. L’équité, c’est en quelque sorte la justice et son souci d’égalité pondérés par la compassion, l’amour qui font qu’on peut ne pas réclamer ce qui n’est du ou ne pas le réclamer totalement. -les rapports internationaux exige une bonne entente, donc peu de conflits or l’inégalité trop importante ou qui paraît injuste est source de conflits. La seule fonction de l’État est d’assurer à chacun la sécurité. Et ainsi, ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste. Or le droit se doit de dire non pas ce qui est et ce qui se fait mais ce qui doit être et doit être fait. La justice comme qualité morale b. Ce qui distingue donc le visage dans son statut de tout objet connu, tient à son caractère contradictoire. Ce visage exposé à mon regard est désarmé. Les distinctions d’ ARISTOTE pourraient justifier un État providence devant corriger les inégalités naturelles ou sociales par des traitements inégaux ou adaptés à chacun. La justice n’a pas de contenu propre ; il faut mentir au peuple ; le rapport que nous entretenons avec les lois dépend de notre degré de finesse intellectuelle. C’est le principe de la liberté comme autonomie, que reprendra ensuite Kant au point de vue moral. Robert Nozick appartient au courant minarchiste, il s’agit d’un courant libertarienqui prône un Etat minimal, encadré et aux limites très strictes. De la même manière, si le droit de l’Etat est fondé sur la réciprocité des droits et devoirs, on peut estimer que celui qui ne remplit pas ses devoirs peut perdre certains droits; mais comme le soutient Kant contre Benjamin Constant, qui en s’appuyant sur cette idée justifie qu’on ne doive pas la vérité à celui qui voudrait s’en servir pour commettre un meurtre, on peut penser que dire la vérité est un devoir moral et que tout homme ( même un criminel!) Il y a dans le visage la suprême autorité qui commande, et je dis toujours, c’est la parole de Dieu. Et puis parfois les droits positifs ne semblent pas en accord avec ce qu’il devraient être. Sous la contenance qu’il se donne perce toute sa faiblesse et en même temps surgit sa mortalité. – Reconstruction du raisonnement de Pascal, à partir des fragments des Pensées. À savoir faire régner l’ordre, la justice pour la coexistence des libertés. C. L’exigence de justice a-t-elle sa place dans les rapports économiques ? Par contre, dans le domaine de la justice distributive, lorsqu’il s’agit de décider des charges, des récompenses, des avantages ( et aujourd’hui des aides sociales) : ce qui est juste, c’est l’égalité géométrique. Pour que le pacte fonctionne, il faut ajouter : Étymologiquement, juste qualifie un acte ou personne qui agit conformément au droit. Ayant perçu cela, il fit aussitôt en sorte de devenir l’un des messagers auprès du roi et, sitôt arrivé, ayant séduit sa femme, il s’appliqua avec elle à tuer le roi et prit ainsi le pouvoir. Voyant cela et s’émerveillant, il descendit et la fable raconte qu’il vit alors, parmi bien d’autres merveilles, un cheval d’airain, creux, avec des ouvertures, à travers lesquelles, en se penchant, il vit qu’il y avait à l’intérieur un cadavre, qui paraissait plus grand que celui d’un homme, et qui ne portait rien d’autre que, à  la main, un anneau d’or, qu’il retira en sortant. De même, la montée de l’individu va être à l’origine d’inégalités qui font qu’on va réclamer un ÉTAT soit pour les légitimer soit pour les corriger soit pour faire en sorte qu’elles ne menacent pas la cohésion de la société. Ce meurtre va priver la vraie mère de son enfant vivant. Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, . On voit aussi par là ce que c’est que l’homme équitable : celui qui, dans ses déterminations et dans ses actions, est porté aux choses équitables, celui qui sait s’écarter de la stricte justice et de ses pires rigueurs, et qui a tendance à minimiser, quoiqu’il ait la loi de son côté – voilà l’homme équitable. Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com. 1. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force, et pour cela faire que ce qui est juste soit fort ou que ce qui est fort soit juste. Sous la contenance qu’il se donne perce toute sa faiblesse et en même temps surgit sa mortalité. Mais ATTAC voit ici un moyen de résister aux dérives de la mondialisation et d’humaniser en quelque sorte les rapports économiques. Cependant, c’est là que réside toute l’ambiguïté du visage, et de la relation à l’autre. Mais pour LÉVINAS, c’est la simple présence de l’autre devant moi qui m’oblige et qui fait que je n’ai pas le choix. Le visage est le lieu de la parole de Dieu. Introduction : I - Le mot : L'Etat : Autorité politique souveraine, civile, militaire ou éventuellement religieuse. Mais pour ROUSSEAU, tout ceci est encore illégitime. Si, étymologiquement, la justice et le droit sont très proches (jus, juris, qui donne l’adjectif juridique), la justice est aussi une catégorie morale et même, chez les anciens, une vertu. La justice et le droit est une notion centrale à maîtriser pour le BAC. Métiers 360, la découverte des métiers en réalité virtuelle - Cette question se pose aussi parce que nous vivons sous des lois établies par le droit positif, c’est à dire posé par l’autorité législatrice souveraine de l’État. Toute extension de ces fonctions viole le droit des individus à ne pas être contraints, et … ATTENTION de ne pas confondre donc république et démocratie!!! Et ils peuvent même être une menace pour la collectivité. La guerre est un conflit entre deux États, donc entre deux armées. Il faut que chacun se prononce en son nom avec le sens de l’intérêt général. On obtient donc un pouvoir légitime puisque chacun consent à y obéir, mais absolu puisque chacun s’engage à y obéir de manière inconditionnelle et totale. Pour HOBBES, ce pouvoir peut être assumé soit par un individu, soit par une assemblée. On pourrait ajouter pour finir, qu’être juste c’est traiter chacun au cas par cas, c’est le principe de l’EQUITE. S’il existe des sociétés réglées sans le pouvoir d’un Etat (ex : les sociétés primitives), elles demeurent néanmoins fondées sur des règles, des rites et tabous qui organisent la vie e… La justice comme dimension sociale 2. Ce visage de l’autre, sans recours, sans sécurité, exposé à mon regard dans sa faiblesse et sa mortalité est aussi celui qui m’ordonne : ” tu ne tueras point “. – Difficulté n°1 : pourquoi cette façade de justice ? Ensuite, le peuple souverain va se donner un gouvernement chargé d’appliquer la loi donc du pouvoir exécutif et judiciaire. – la loi est alors l’expression de la volonté générale qui  est « inaliénable » (« le pouvoir peut bien se transmettre mais non pas la volonté », le pouvoir législatif est au peuple souverain), « indivisible » et est en théorie toujours « droite et tend à l’utilité publique ». Introduction : I - Le mot : L'Etat : Autorité politique souveraine, civile, militaire ou éventuellement religieuse. Le droit marque la chose à respecter, que l'on réclame pour soi comme on la doit aux autres ; la justice en revanche est la conformité à cette chose, la règle qui la fait respecter. La justice est une seule et même chose, en nouset dans la cité. Elle peut-être utilisée pour les dissertations sur la politique, sur la société ou encore sur le droit. » » Cette indéniable symétrie, c’est l’essence même du conflit humain. Que l'injustice nous indigne montre que la justice est d'abord une exigence, et même une exigence d'égalité : c'est d'abord quand un partage, un traitement ou une reconnaissance sont inégalitaires que nous crions à l'injustice.La justice devrait donc se définir par l'égalité, symbolisée par l'équilibre de la … Réfléchissant à tout cela, il refit l’expérience avec l’anneau pour voir s’il avit bien ce pouvoir et en arriva à la conclusion qu’en tournant le chaton vers l’intérieur, il devenait invisible, vers l’extérieur, visible. III. Donc le droit ne fait que légitimer le fait. Il propose un pacte en 3 temps qui vont amener à poser les principes d’une République ( où le peuple est souverain, c’est-à-dire détient le pouvoir législatif) qui n’est pas nécessairement une démocratie ( une démocratie est un régime politique, une forme de gouvernement. Il doit par exemple donner tout ce qu’on lui demande. Pourtant, au regard de la nature duelle ( ou déchue si on fait une lecture purement pascalienne du texte) de l’homme, il est nécessaire de les concilier. Par contre pour les modernes, la liberté se doit d’être d’abord politique mais aussi privée, individuelle. On pourrait y voir aussi un retour à ce qu’est par nature le commerce, l’échange économique . Le label Max Havelaar garantit l’achat direct de produits de qualité aux producteurs à un prix « juste », c’est-à-dire lui permettant de vivre décemment sans subir les fluctuations du marché ( 5%du marché du café en France). La justice et le droit Chez Platon et Aristote, la justice est la vertu essentielle qui permet l’harmonie de l’homme avec lui-même et avec ses concitoyens. Mais cette revendication de liberté individuelle vont amener à respecter/accepter un ÉTAT nécessaire à la fois pour les protéger mais aussi pour les faire coexister pour le maintien de la société dont l’individu ne peut pas se passer. C’est le désir mimétique, de toute évidence, qui la fait parler et agir; il en est arrivé chez elle à un tel degré d’exaspération que l’objet de la dispute, I’enfant vivant, ne compte plus pour elle; seule compte la fascination haineuse pour le modèle-rival, le ressentiment qui cherche à abattre ce modèle et à l’entraîner dans sa propre chute, s’il devient impossible de l’emporter sur lui. ROUSSEAU prône un État laïc, une tolérance religieuse à condition que les religions soient tolérantes. La volonté pour être générale présuppose donc une multitude de petites différences, et une forme générale dans son but et son application : elle est pour l’intérêt général et s’applique en général. Le droit est différent de la justice : il correspond à son application et a deux fonctions définies. Les rapports économiques ne peuvent-ils pas paraître étrangers à toute exigence de justice ? Cette force peut être soit la puissance physique, soit la puissance de la persuasion, soit par le nombre. Le droit naturel est la loi éternelle et universelle qui sont reconnues par la conscience morale comme des obligations et des interdits. Ce visage exposé à mon regard est désarmé. »                                         René Girard, Des choses cachées depuis la fondation du monde. La mission de l’ÉTAT, c’est d’instituer la société comme ÉTAT, c’est à dire comme une unité se tenant debout.
2020 létat la justice et le droit philo