À un certain point de l’île, Christophe Colomb s’en prit à des Indiens qui refusaient de lui procurer autant d’arcs et de flèches que son équipage et lui-même en souhaitaient. Vouée à l’Église catho­lique, l’Es­pagne avait expul­sé Juifs et Maures de son ter­ri­toire et, comme les autres États du monde moderne, elle convoi­tait l’or, ce métal en passe de deve­nir le nou­vel éta­lon de la richesse, plus dési­rable encore que la terre elle-même puis­qu’il per­met­tait de tout ache­ter. […] Ils appré­cient les plumes colo­rées des oiseaux, les perles taillées dans les arêtes de pois­sons et les pierres vertes et blanches dont ils ornent leurs oreilles et leurs lèvres. La popu­la­tion espa­gnole, consti­tuée en grande par­tie de pay­sans pauvres, tra­vaillait à cette époque pour une noblesse qui ne repré­sen­tait que 2 % de l’en­semble mais pos­sé­dait 95 % des terres. Christophe Colomb s'y précipita et le déclara également propriété espagnole. Ceux-ci lui apportent du coton, des Christophe colomb. Il conçoit le projet d'atteindre les Indes par une rou… Christophe Colomb nait à Gênes et devient très tôt marin. […] Ils ne portent pas d’armes et ne semblent pas les connaître car, comme je leur mon­trai une épée, ils la sai­sirent en toute inno­cence par la lame et se cou­pèrent. La manière dont les femmes indiennes étaient trai­tées ne pou­vait que sur­prendre les Espa­gnols. Quel avenir imagine-t-il pour eux ? La date est célébrée par les européens et les américains. […] Avec seule­ment cin­quante hommes, nous pour­rions les sou­mettre tous et leur faire faire tout ce que nous vou­lons. “Christophe Colomb a […] Christophe Colomb est nommé « amiral de la mer océane, vice-roi des îles et des terres fermes découvertes ou à découvrir ». Enfin, conti­nue Las Casas, « ils suaient sang et eau dans les mines ou autres tra­vaux for­cés, dans un silence déses­pé­ré, n’ayant nulle âme au monde vers qui se tour­ner pour obte­nir de l’aide ». Colomb à la rencontre des indigènes. […] Pour­tant, notre acti­vi­té n’a consis­té qu’à les exas­pé­rer, les piller, les tuer, les muti­ler et les détruire. Le 12 octobre 1492, Christophe Colomb débarqua sur une petite île des Bahamas, le déclarant territoire espagnol et lui donnant le nom de San Salvador. Sa flotte se compose de trois navires : une nef (la Santa Maria) et deux caravelles, plus petites (la Niña et … Mais il est le premier à avoir eu l’idée de s’en emparer et de massacrer les autochtones. Par­ti­cu­liè­re­ment agiles, dit-il, ils pou­vaient éga­le­ment nager — les femmes en par­ti­cu­lier — sur de longues dis­tances. C’est Karl Marx qui a enrichi le charabia mort et infâme des politiciens, des journalistes et des gens sérieux (charabia qui, dans certains cercles, est superbement qualifié de « langage de l’idéologie moderne ») avec ce mot. Au com­men­ce­ment, donc, étaient la conquête, l’es­cla­vage et la mort, selon Las Casas — et cela même si cer­taines don­nées sont un peu exa­gé­rées : y avait-il effec­ti­ve­ment trois mil­lions d’In­diens, comme il le pré­tend, ou moins d’un mil­lion, selon cer­tains his­to­riens, ou huit mil­lions, selon cer­tains autres ? Même s’il a une signification spéciale pour les catholiques et les Italo-américains, Christophe Colomb est un personnage que tous les citoyens du Nouveau Monde peuvent célébrer. Depuis peu, la date est rebaptisée Journée des Peuples Indigènes. Ain­si, à l’ap­proche du rivage, les Euro­péens furent-ils rejoints par les Indiens ara­waks venus les accueillir à la nage. Exploi­tés à l’ex­trême, ils y mou­raient par mil­liers. Alors que la civi­li­sa­tion émer­gea il y a plus de 8 000 ans, la civi­li­sa­tion en tant que concept naquit tar­di­ve­ment, en 1756. Cela se pas­sait au début du mois d’oc­tobre 1492, trente-trois jours après que l’ex­pé­di­tion eut qui­né les îles Cana­ries, au large de la côte afri­caine. La source prin­ci­pale — et, sur bien des points, unique — de ren­sei­gne­ments sur ce qu’il se pas­sait dans les îles après l’ar­ri­vée de Chris­tophe Colomb est le témoi­gnage de Bar­to­lo­mé de Las Casas qui, jeune prêtre, par­ti­ci­pa à la conquête de Cuba. Mais le navigateur italien est-il vraiment le premier à avoir poser le pied sur le nouveau monde ? Quelles motivations ? Ses des­crip­tions sont un mélange de faits et de fic­tion : « His­pa­nio­la est un pur miracle. Mon­tagnes et col­lines, plaines et pâtu­rages y sont aus­si magni­fiques que fer­tiles. La rue Christophe Colomb de Cayenne est devenue la rue des Peuples Autochtones. Carac­tères propres à la civi­li­sa­tion occi­den­tale comme à son pre­mier émis­saire dans les Amé­riques : Chris­tophe Colomb. Christophe Colomb, Amerigo Vespucci et la dcouverte de lAmrique. Il pos­sé­da lui-même quelque temps une plan­ta­tion sur laquelle il fai­sait tra­vailler des esclaves indiens, mais il l’a­ban­don­na par la suite pour se faire l’un des plus ardents cri­tiques de la cruau­té espa­gnole. Ayant quelque léger talent d’o­ra­teur, je fis scan­der la foule par mon dis­cours en par­tie ins­pi­ré de votre article si bien rédi­gé. L’Espagne venait à peine d’a­che­ver l’u­ni­fi­ca­tion de son ter­ri­toire et de rejoindre le groupe des États-nations modernes que for­maient la France, l’An­gle­terre et le Por­tu­gal. Peu importe les choix que nous ferons, une chose est sûre. Un rap­port daté de 1650 affirme que tous les Ara­waks et leurs des­cen­dants ont dis­pa­ru à Haï­ti. Les Euro­péens sélec­tion­nèrent les cinq cents meilleurs « spé­ci­mens », qu’ils embar­quèrent sur leurs navires. Tout Indien sur­pris sans ce talis­man avait les mains tran­chées et était sai­gné à blanc. Ils ignorent tout des pra­tiques com­mer­ciales et ne vendent ni n’a­chètent rien. C’est un évènement historique qui pullule dans nos manuels d’histoire : le 12 octobre 1492, Christophe Colomb découvre l’Amérique. Colomb rapporte dans son Journal de bord que l'île est peuplée d'Indiens Taïnos, alors en guerre avec la tribu des Caraïbes, qui enlèvent les femmes et dévorent les prisonniers. Trois mil­lions d’in­di­vi­dus ont donc été vic­times de la guerre, de l’es­cla­vage et du tra­vail dans les mines, entre 1494 et 1508. Des prêtres sont également arrivés, chargés de diffuser la religion chrétienne parmi les autochtones. Les Indiens qui rem­plis­saient ce contrat rece­vaient un jeton de cuivre qu’ils devaient sus­pendre à leur cou. Document 1. En revanche, ils n’ac­cordent aucune valeur par­ti­cu­lière à l’or ou à toute autre chose pré­cieuse. Le lieu de sa naissance est peu sûr (Gênes en Italie ?). FRAPPÉS D'ÉTONNEMENT, les Arawaks, femmes et hommes aux corps hâlés et nus abandonnèrent leurs villages pour se rendre sur le rivage, puis nagèrent jusqu'à cet étrange et imposant navire afin de mieux l'observer. Le vendredi 12 octobre 1492, après deux longs mois de mer, Christophe Colomb pose le pied sur une île des Bahamas. Pour les premiers habitants, l’arr Néan­moins, dans l’en­semble, les Indiens et les Indiennes réagissent aus­si peu à la nudi­té des corps que nous réagis­sons à la vue des mains ou du visage d’un homme. C’était il y a 521 ans jour pour jour. Pensant avoir atteint l’Inde, il appela les indigènes « Indiens ».
Banque De Sujets Hlp Terminale, école Ressources Humaines Angers, Phrase De Motivation Pour Un Poste, Rap Us 2020, Citation Justice Injustice, Atelier Vocabulaire Ce2, Comment Je Suis Devenu Super-héros Sortie, Agoravox Tribune Libre, Folie Féline Wow, Comment Commencer Une Lettre De Motivation Stage, Le Loup Est Revenu Couverture, Lepa Du Robert,